Pourquoi le football n’évolue-t-il pas ?

Bonjour à tous,

Pourquoi cet article ? Parce que je suis passionné par les sports. Lesquels ?

Parmi les trois sports que je préfère et que je suis particulièrement, il y a le football, le rugby et le basket. C’est ce dernier sport que j’ai pratiqué, mais pas celui dont je vais vous parler dans cet article.

Celui qui fait l’objet de mon présent billet, c’est le football.

En Europe, le football, c’est le sport roi. Il peut se pratiquer presque de partout, il suffit d’un ballon rond. Pour les plus sportifs et les plus engagés, il existe une flopée de clubs sportifs proposant cette discipline.

Ce sport très populaire attire donc à la fois toutes les passions et toutes les gémonies.

Pour ma part, je crois qu’il faudrait vraiment que le foot change profondément pour se moderniser et être mieux compris de tous. Il y gagnerait en transparence et en lisibilité.

Voici les quatre points sur lesquels il me paraît important de réfléchir :

Table des matières

La règle de l’égalité

Règle de l'égalité au football

Égalité au football

Contrairement à bons nombres de sports collectifs où l’égalité à la fin du temps de jeu est rare, voire rarissime ou exceptionnel, les rencontres de foot se terminent quelquefois avec un score nul.

Bien sûr, le problème n’est pas intrinsèquement le score à la fin du temps de jeu, mais la nécessité pour la beauté du jeu, d’avoir un match ouvert, offensif et qui régale. Pas des équipes qui s’observent en espérant que le temps de jeu passe à la vitesse d’un éclair.

Des solutions peuvent être apportées?

Des solutions ou tentatives de solutions ont été apportées. Souvent mises en place de façon chaotiques.

Les buts inscrits à l’extérieur qui comptent doubles en cas d’égalité à l’issue des deux rencontres étaient destinées à rendre le jeu plus offensif et d’éviter cette difficile et stupide séance de tir au but -qui je le rappelle n’est pas une séance de penalties, comme certains le disent, la règle entre les deux n’étant pas la même-. Règle abandonnée.

Une autre solution toujours en vigueur sont les trois points. Pas mal sur l’ensemble d’une saison, mais pas spectaculaire sur une rencontre.

Privilégier l’aspect offensif

Je vous fait part de ma première proposition révolutionnaire : Désormais, dés qu’une équipe ouvre le score, c’est celle qui a atteint la première le score le plus important qui l’emporte.

Par exemple, si l’équipe A ouvre le score et mène 1 à 0, l’équipe B devra marquer 2 buts pour gagner. Si elle marque un seul but, soit un score final de 1 à 1, c’est l’équipe qui a atteint le score le plus important en premier qui gagne, soit ici l’équipe A.

C’est ainsi que désormais, plus de match nul, au sens propre et souvent au sens figuré, sauf pour un 0 à 0 qui restera l’exception.

C’est clairement l’aspect offensif qui sera privilégié pour être certain de terminer le match victorieux.

La VAR

Bobine de film pour imager l'utilisation de la vidéo au football

La vidéo dans l’arbitrage au football

Alors là, c’est un gros morceau. Ceux qui regardent comme moi l’équipe du soir sur la chaîne 21, excellente chaîne avec d’excellentes émissions, auront compris toute la difficulté.

Trouver un juste milieu entre le passé et le futur

Entre les chroniqueurs qui vivent encore au Moyen Âge, qui ne savent pas encore qu’on a inventé l’électricité et d’autres qui ne jure que par la VAR, lesquels seraient d’accord d’envoyer les arbitres à Pôle Emploi, je crois qu’il y a un juste milieu.

Aujourd’hui, au vu des enjeux financiers divers et des exigences des télésupporters qui paient un et désormais bien souvent plusieurs abonnements pour suivre leur équipe favorite ou tout simplement regarder de grandes et belles équipes, nationales ou de clubs, à l’occasion de magnifiques confrontations, est-il encore concevable que le résultat soit le fruit « d’erreur(s) » d’arbitrage(s) du(es) à l’incompétence de l’arbitre, à la pression du match qui lui fait perdre certains repères, ou simplement à un instant d’inattention, et moult d’autres facteurs.

J’exclus d’entrer l’inégalité entre les « gros » ou « grands » clubs et les « petits » qui ne bénéficieraient pas de la VAR. Les enjeux n’étant pas les mêmes, les deux cas étant totalement différents. Situations différentes, règles différentes.

Sur ce sujet, il ne faut pas être binaire : le tout ou rien ! La VAR va-t-elle remplacer l’arbitre ou l’arbitre n’a pas besoin de la VAR pour arbitrer.

L’arbitre reste et doit rester la cheville ouvrière du match

L’arbitre reste et doit rester la cheville ouvrière du match. Mais depuis que la VAR a été introduite, force est de constater qu’elle joue un rôle primordial dans certains cas. Et même si ses détracteurs disent haut et fort qu’il y a des cas particuliers où la VAR est inutile, car inutilisable dans certains situations, ils ne font pas la démonstration que sans la VAR dans la même configuration, l’arbitre aurait pris la bonne décision.

Sans compter que dans le cas précèdent, c’est l’arbitre qui prend la décision, donc la démonstration est faite : L’arbitre du match, c’est l’homme et la VAR n’est qu’une aide à la décision ; et quand cette aide est impossible, et bien c’est l’homme qui décide in fine, toujours.

Rassurez vous, l’intelligence artificielle est loin d’avoir pris le pouvoir dans le football.

Le temps additionnel

Horloge représentant le temps dit additionnel au football

Le temps addiotionnel

Alors là, cette règle est on ne peut plus obscur. J’entends souvent à la télé que le temps réglementaire est écoulé et que le temps additionnel va commencer.

C’est vrai qu’il n’y a pas encore si longtemps, c’était un peu chacun fait ce qu’il veut, le foutoir. La situation devait être éclaircie.

Faut il faire simple ?

Mais voilà, comment faire compliquer alors qu’on pourrait faire simple ? Calmez vous, les dirigeants du football sont là pour y réfléchir ; et je leur tire mon chapeau, inventer une solution compliquée alors que des solutions simples existent, ben, c’est pas facile.

Donc, je commence : il y aurait un temps réglementaire et un temps dit « additionnel » qui, semble t il, ne serait pas « réglementaire » ? Dois je en conclure que le temps additionnel ne figure pas dans le règlement ?

Pour être honnête, je ne me suis pas documenté sur le sujet ; peut être qu’en cherchant un peu, j’aurais vu que si, tout est écrit dans le fameux règlement. Mais je revendique d’être un amateur de foot « amateur » ! et non, je ne me plonge pas dans un règlement sportif avant de regarder un match d’un sport collectif à la télé. Peut être ai-je tort, mais je crois faire partie de l’immense majorité du public sportif qui cherche d’abord à voir du beau jeu.

Cacher le temps additionnel !

Donc, ce temps « additionnel » est caché jusque dans la dernière minute du match. Pourquoi ? A-t-on peur que quelqu’un le vole ? Probablement.

Au lieu de rester dans le brouillard sur tout ce qui entoure ce temps « additionnel », pourquoi ne pas faire comme dans une grande majorité de sports collectifs, à savoir dans des cas définis et connus de tous, interruption du chronomètre. Pardon, j’avais oublié : pourquoi faire simple.

Les fins de match étaient aussi épiques, même si elles se sont un peu améliorées aujourd’hui. Combien de fois ai-je entendu ce dialogue entre commentateurs, qui je vous l’accorde, sont loin d’être des pros des règles :

Commentateur 1 : il y a bien faute, mais le temps additionnel est terminé, l’arbitre va-t-il faire jouer ce coups-franc ?

Commentateur 2 : oui, il va le faire jouer, ce coup-franc bien placé est important.

C1 : l’arbitre semble hésitant, les joueurs le regardent.

C2 : oui, regardez, des joueurs se mettent en place pour tirer ce coup-franc.

C1 : oui, mais l’arbitre regarde son chronomètre, rien n’est moins sûr.

C2 : Le ballon est au sol, les joueurs s’impatientent.

C1 : finalement, l’arbitre siffle la fin du match, je vous l’avez dit, le temps de jeu était terminé.

C2 : mais un coup-franc aussi important, cette décision est incompréhensive.

Petite solution simple

N’oublions pas que sur le terrain, la gestion du temps restant à jouer par les joueurs fait partie intégrante du jeu.

La solution : tant que le ballon se trouve dans l’aire de jeu, même si le temps de jeu est écoulé, le match se poursuit. Dés que le ballon sort de l’aire de jeu, sans faute préalable, car dans ce cas la faute antérieure doit donner lieu à réparation, le match est terminé. Dans le cas d’une faute préalable, le match est terminé après exécution de la réparation.

Pour finir, les cartons

Les cartons dans le football moderne

Les cartons au football

Dernier gros morceau, les cartons. Jaunes, pour les vilains et rouges pour les très vilains.

Petite hypocrisie du carton

Ah, le carton jaune ; attention, c’est vilain, ce que tu viens de faire, donc je te « sanctionne » par un carton jaune. OK, et donc ? Que va-t-il se passer ? Rien.

C’est rigolo, ce machin là, je vais l’utiliser à chaque match, puisque j’ai droit à mon carton jaune, c’est le miens, j’en veux un à chaque match, papa.

Non mais, c’est pas un jeu. C’est un avertissement, tu dois te tenir tranquille. Bon, OK, c’est vrai que ça calme un joueur un peu agité pendant le match, Mais ça va pas bien loin. C’est pas moi qui le dit, mais les dirigeants du foot.

Lors de grandes compétions, je vais prendre pour exemple au hasard, la Coupe du Monde, on se rend compte que certains joueurs sont agités et qu’un carton jaune, ça les calme. Certes, mais il y a un problème : quelle différence entre un joueur correct qui n’a aucun carton jaune et un joueur agité qui obtient la précieuse « sanction » lors de chaque rencontre ou presque d’un même tournoi ?

Faisons confiance aux dirigeants du foot pour trouver LA solution. C’est fait : au bout de deux cartons jaunes dans la même compétition, c’est pour la rencontre suivante, une suspension automatique. Quelle que soit cette rencontre et son enjeu.

Vous vous doutez qu’une telle décision est intenable. Marche arrière toute, désormais, on remet de temps à autre les compteurs des cartons jaunes à zéro, et la morale dans l’histoire, entre les joueurs qui n’ont eu aucun carton et les autres ? MDR, quelle morale ?

Proposition

Sur les cartons jaunes, il serait temps que les dirigeants du foot se pose la bonne question : ne serait-il pas préférable, plus simple, plus logique et plus équitable sur l’ensemble d’une compétition que les joueurs sanctionnés d’un carton jaune soient punis immédiatement, par exemple par une sortie temporaire du terrain pour une durée à déterminer ? Tiens, tiens, certains autres sports collectifs ne pratiquent-ils pas de cette façon ? Hum !

Cette solution aiderait également les arbitres en apaisant les tensions autour du carton rouge.

Combien de fois les arbitres sortent le carton jaune, puis pour une autre faute du même joueur, envoie la main à la poche et hésite à sortir le deuxième carton jaune, signifiant un rouge immédiat et l’exclusion définitive, alors même que cette deuxième faute, passible d’un carton jaune, est égale ou moins répréhensible que la première, mais peut difficilement rester sans sanction.

Introduction de plusde justice

On touche là, la limite des règles actuelles : deux « petites » fautes sanctionnées d’un carton jaune dans le même match, aboutissent à un carton rouge, non par la nature de la faute, mais uniquement parce qu’elles ont été commises dans la même rencontre, alors que le carton rouge, entraînant la sortie définitive d’un joueur, est lié à une faute sérieuse.

Encore une proposition : un carton jaune est égal à une sortie temporaire du joueur.

J’en ai fini, réflexion finale

Voilà, j’ai fait le tour de quelques questions, pour lesquelles je ne prétends pas détenir les réponses, il s’agit que de propositions mises en débat, mais dont je ne doute pas qu’un jour, que nous ne verrons peut être pas de notre vivant, vu la vitesse de fonctionnement de certains neurones, seront mises en œuvres et dont on se dira : pourquoi avoir attendu.

A l’exception de la VAR, toutes ces mesures peuvent s’appliquer à toutes les rencontres, amateures ou professionnelles.

Comme vous pouvez le voir, je ne remets pas en cause l’essence même du foot : 2 équipes de 11 joueurs chacune qui s’affrontent lors d’une rencontre d’une durée de 90 minutes de temps de jeu afin de gagner, pour être qualifiées ou pour marquer des points.

Bonne journée à tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut